Songs to the sirens


April 28, 2007

Thee Stranded Horse

Filed under: michel m. — michel m @ 9:13 am

tsh

Achetez cet album: Thee Stranded Horse > Churning Strides (Talitres)

Pour ceux qui ne connaissent pas Yann, c’est l’instigateur du projet Encre (Clapping Music), mais là çà dépasse tout. Ceux qui ont bavé sur le Ramona Cordova, ceux qui ont craqué sur Devendra Banhart à l’époque de “Nino Rojo” et surtout ceux qui sont en extase devant la harpe de Joanna Newsom ou les divagations africaines de The Ex, ne peuvent passer à côté de ce joyau. Vous voulez de l’authentique, ben en voilà.

Immanquable!

Je rembourse deux fois le prix de l’album aux déçus!

site web

Talitres recs : pour acheter
Myspace pour écouter

Enjoy!

April 25, 2007

Jean D.L. - Entrance Room

Filed under: eOLe — eOLe @ 4:16 pm

Couverture

Bercé par la perte des repères et des significations, Jean De Lacoste (Belgique), l’un des protagonistes de la plate-forme de création Social Fashion Records, brouille les pistes. Atmosphères vaporeuses, temps en supsension, minimalisme et instantanéité, c’est dans l’imagerie d’une solitude angoissée et hantée par un sentiment durable d’égarement que l’artiste poursuit sa recherche de la singularité.
La musique, mode d’expression plus que généralisé, est à renverser, disloquer, fracasser, minimaliser ou maximaliser ; ce sont bien les extrêmes qui animent le musicien flirtant, par le détournement fréquent d’une guitare meurtrie, aussi bien avec le bruit qu’avec son extrème silence - ce qui tend à se taire -, sans jamais chercher à domestiquer la complexité du son et de ses inavouables anecdotes.

Quatrième sortie du label Stomoxine Records.
Bien sûr, le tout est entièrement téléchargeable gratuitement et légalement sous licence libre Creative Commons by-nc-nd.
CC

Tracklist (format m3u) ogg - mp3
Couverture (format jpg) face - verso
Album (format zip) ogg - mp3

Site web de l’artiste
Stomoxine Records

April 18, 2007

Andrew Sweeny

Filed under: michel m. — michel m @ 3:24 pm

as

Andrew Sweeny est un songwriter de grand talent , doublé d’un personnage attachant. En concert au Klub à Paris la semaine dernière, il a envoûté le public de son jeu de guitare fin et délicat et de ses textes à la saveur douce amère. Une video du titre “Pilgrim” pour les absents et les présents nostagiques comme moi! Enjoy!

as


Andrew Sweeny-”Pilgrim”-live at the Klub
www.myspace.com/andrewsweeny
www.myspace.com/travellingmusic

April 13, 2007

Erin Tobey

Filed under: céline — Celine @ 8:29 pm

Erin Tobey a appelé son site hellomermaid.com. Elle est illustratrice, dessine des comics, joue dans plusieurs groupes et a joué en Europe pour la première fois de sa vie en mars, avec pour fidèles compagnons sa guitare et un bassiste. Elle a joué des chansons DIY, comme dans ‘je me débrouillerai toute seule’ ou dans ‘je veux choisir ce que je fais de ma vie toute seule’, des chansons pop punk sautillantes, fragiles ou résolues (le flyer annonçait ‘punk lounge’), pas vraiment comme Tara Jane O’Neil, ni vraiment comme Laura Veirs, pas vraiment non plus comme Jonathan Richman en fille.

Nées de quelques notes de guitares égrenées, parmi d’infinies possibilités de mélodies, apparaissent des chansons magiques de simplicité, où « l’on s’émerveille qu’il y ait quelque chose, alors qu’il pourrait ne rien y avoir », comme a dit je ne sais plus qui.

Sur la pochette du disque, de drôles de gens des cavernes, et une silhouette allongée dont le ventre est une sorte de fenêtre ouverte sur une galaxie. Et dans la pochette, on trouve les paroles imprimées sur du papier jaune fluo, « I grow like a plant », « come pick me up », « wolf-alice », « relativity song », des crédits pour Superchunk et des auteurs de science(plus ou moins)-fiction. Un disque où des réflexions et des rêves se nourrissent les uns des autres ; le DIY pour réinventer sans cesse nos univers.

Loney, Dear

Filed under: céline — Celine @ 8:17 pm

Musique et images

Paroles

“I love you (in with the arms)”

Une chanson qui parle de trains, d’avions, de ne pas vouloir partir, de ne pas savoir y faire. Un chant d’amour commencé avec la promesse d’être calme part en vrille avec à ses côtés une voix de femme en contrepoint. A l’image, le chanteur des suédois Loney, Dear rappelle combien le genre humain est fait d’icebergs à sang chaud, dont on voit l’infime part émergée quand tout le reste bouillonne hors de vue. Surtout, céder à la tentation de chanter avec la musique sans retenue, hors d’atteinte du reste du monde, chez soi, déraisonnablement.

2 disques

voilà, ce sera la chanson de mon premier post. (bonjour, tous)